Jacques COPEAU

gens de théâtre et compagnies

Modérateur : Flo

Avatar de l’utilisateur
Flo
Administrateur
Messages : 5767
Inscription : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Jacques COPEAU

Message par Flo »

Jacques Copeau
Paris, 4 février 1879 Beaune, 20 octobre 1949

Image

Je ne suis pas de ceux qui suivent et obéissent. Je suis de ceux qui précèdent et commandent", écrivait Copeau le jour de l'an 1896. Forfanterie adolescente d'un garçon infatué jetant sa gourme ? Certes. Mais, par une étrange prémonition, la formule du jeune Jacques en rébellion contre sa famille et contre la bêtise d'une existence convenue va pouvoir s'appliquer à Copeau dans toutes les circonstances de sa vie de créateur. Jamais il n'a douté de ses possibilités, jamais non plus il ne s'est contenté de ce qu'il avait obtenu. De là l'empreinte originale dont toutes ses réalisations sont marquées. Il a su très tôt quelle mission régénératrice serait la sienne, en un monde artistique aveuli, blasé ou complaisant. Le jeune homme qui écrivait à sa fiancée, le 27 août 1898, "Il faut mériter, vouloir et provoquer la vie" est toujours resté fidèle à cet exigeant programme. Rien de ce qu'il a entrepris ne peut laisser indifférent.

Image

Né à Paris dans un milieu petit bourgeois de fabricants et de commerçants (boucles, agrafes, ceinturons, étriers), il connaît une enfance rêveuse, dominée par une vive sensibilité, une sensualité précoce, un sens aigu de l'observation et une imagination fertile. Il se passionne pour L' Iliade et L'Odyssée, et il joue à incarner seul, en plein air, les héros homériques.
Il dévore drames et mélodrames et adore les soirées de l'Ambigu et de la Porte-Saint Martin.
Au Lycée Condorcet, suivant les cours de Jean Izoulet, il sent s'éveiller une vocation de philosophe... Tout en préparant le baccalauréat, il découvre d'Annunzio, Ibsen, fréquente le Théâtre-Français, écrit des comédies, notamment Brouillard du matin, créée au Nouveau Théâtre en mars 1897. Consécration suprême pour l'ambitieux garçon de dix-neuf ans : Francisque Sarcey en parle dans Le Temps !

Reçu bachelier, il s'inscrit en philosophie à la Sorbonne, mais le théâtre l'attire davantage, et le pitoyable état politique et moral de la France déchirée par les remous de l'Affaire Dreyfus suscite sa colère : la condamnation de Zola l'indigne et l'émeut aux larmes. Il se mêle heureusement à la vie littéraire et artistique, il découvre Wagner, s'engoue de la Correspondance de Flaubert et songe, début 1901, à fonder une Revue d' Art dramatique...
Mais la mort de son père, en juin 1901, met brutalement fin à cette période d'éclectique amateurisme. Pour sa mère et ses deux sœurs, il tente de reprendre la direction de l'usine familiale : fiasco total - là n'est pas sa voie...
En novembre 1901, il a la révélation des Nourritures terrestres dont, sans le connaître, il tutoie l'auteur dans son Journal. il lit dès parution L'Immoraliste et, du Danemark où il est allé épouser Agnès Thomsen (qui lui donnera trois enfants), il écrit à André Gide. Commence ainsi une amitié, une complicité intellectuelle exceptionnelles.

Image
André Gide et Jacques Copeau, 1907

Copeau, dès lors, se tourne définitivement vers les arts et la littérature. Il publie plusieurs textes dans L' Ermitage, est chargé de la critique dramatique au Théâtre (de 1905 à 1914) et à La Grande Revue (de 1907 à 1910), travaille comme vendeur de tableaux à la Galerie Georges Petit de 1905 à 1909 et adapte pour la scène, aidé de Jean Croué, Les Frères Karamazov, créé au Théâtre des Arts le 6 avril 1911 avec Charles Dullin.

Image

En octobre 1908, Copeau collabore, ainsi que Gide, Schlumberger, Ghéon, Ruyters et Drouin, à la création de La Nouvelle Revue Française dont il sera le directeur en 1912-1913. Et, au printemps 1913, soutenu par l'exigence de qualité de tout le groupe, il décide de fonder un théâtre. Il lance un Appel à la jeunesse "pour réagir contre toutes les lâchetés du théâtre mercantile" et au public lettré "pour entretenir le culte des chefs-d'œuvre classiques, français et étrangers".
Le petit Théâtre du Vieux-Colombier s'ouvre le 22 octobre 1913 et s'impose d'emblée par la stylisation poétique de la mise en scène et l'expressivité sans ostentation du jeu des acteurs - parmi lesquels Charles Dullin, Louis Jouvet (qui est aussi l'éclairagiste et le régisseur), Blanche Albane, Suzanne Bing... La première saison s'achève sur le triomphe de La Nuit des Rois, spectacle que même les plus réticents s'accordent à admirer, et qui marque les mémoires.

Pendant la guerre, réformé pour début de tuberculose pulmonaire, Copeau songe à la réouverture et surtout à la création d'une École de comédiens, tant il est persuadé que le salut du théâtre passe par les enfants et les adolescents non déformés encore par l'enseignement traditionnel du Conservatoire.
Il projette une formation totale, incluant culture générale, musique, rythmique, gymnastique, improvisation, mimes et jeux de masques. Il rencontre Jaque-Dalcroze, Gordon Craig, Adolphe Appia, avant d'être chargé par Clemenceau de la "propagande française" aux États-Unis.

Image

Les deux saisons que Copeau va vivre avec sa troupe à New York (grâce aux sursis accordés aux comédiens mobilisés), de novembre 1917 à juin 1919, sont pour lui et pour ses rêves une douloureuse épreuve : comment, dans une société de profits, assurer la perfection d'un répertoire changeant chaque semaine ? Copeau s'y épuise, atterré de voir certains de ses acteurs, comme Dullin, céder au climat délétère du "spectacle". Il rentre en France vieilli et inquiet.
Pourtant il rouvre son théâtre en février 1920. Plateau en ciment, système de praticables, fort peu d'éléments décoratifs : Copeau s'approche de son idéal du "Tréteau nu" au seul service du texte dramatique et de la poésie. Il retrouve son énergie au contact des jeunes qui fréquentent son École une abnégation passionnée Suzanne Bing. L'École, que Jules Romains dirige en 1921-1922, réunit dans un climat d'émulation fraternelle une quinzaine de jeunes gens dont Marie-Hélène Copeau (Maiène), Jean Dorcy, Aman Maistre, Jean Dasté...
En marge de cette formation, des "Cours publics" et des "Conférences" où l'on peut entendre Thibaudet, Rivière, Jaloux, Valery Larbaud, Ghéon, Valéry....

Hélas, l'enthousiasme des jeunes et les indéniables réussites auxquelles ils parviennent dans leurs exercices ne peuvent libérer Copeau des soucis matériels ni surtout de l'insatisfaction : La Maison natale, un drame qu'il portait en lui depuis 1901 et qu'il a créé en décembre 1923, n'a suscité qu'incompréhension et déception - même chez ses amis.
Travaillé d'inquiétudes religieuses, Copeau aspire, au moins pour un temps, au ressourcement loin de Paris. En avril 1924, il annonce la fermeture du Vieux-Colombier et le transfert en Bourgogne de son École. Las ! Faute d'argent, l'École elle-même est dissoute en février 1925.

Michel Saint-Denis, le neveu de Copeau, dirige alors un petit groupe de jeunes acteurs fidèles à l'esprit du Vieux-Colombier, "les Copiaus", installés à Pernand-Vergelesses et qui, jusqu'en 1929, vont tourner en Bourgogne et à l'étranger (Belgique, Suisse, Hollande, Italie...) avec un réel succès, avant la fondation par Michel Saint-Denis de la Compagnie des Quinze...

Image

De 1926 à 1938, Copeau multiplie les "lectures dramatiques", assure la critique théâtrale aux Nouvelles littéraires de novembre 1933 à février 1935 et, surtout, retrouve les origines du théâtre antique en mettant en scène, en plein air, pour le mai florentin, Santa Uliva (1933), Savonarole (1935) et Comme il vous plaira (1938).
En 1936-1937, il monte à la Comédie-Française Le Misanthrope, Bajazet, Asmodée de Mauriac et Le Testament du Père Leleu de Roger Martin du Gard.
En mai 1940, administrateur provisoire de la Comédie-Française, il y met en scène Le Cid avec Jean-Louis Barrault. Il démissionne en mars 1941, publie Le Théâtre populaire et termine Le Petit Pauvre, une histoire de saint François d'Assise.
Assombri par la guerre et la maladie, il peut encore assurer, en juillet 1943, la mise en scène du Miracle du pain doré dans la cour des Hospices de Beaune, avec l'assistance d'André Barsacq. Il meurt le 20 octobre 1949.

Miracle d'intensité rayonnante : la pérennité du Vieux-Colombier et de son École est inversement proportionnelle à sa durée effective. Jacques Copeau, semeur de graines, n'avait pas tort de miser sur la jeunesse et l'avenir pour rendre au théâtre sa vertu contestataire et libératrice, et d'écrire comme un fier défi dans son Journal : "Ceux qui casseront les vitres me devront leur marteau".

Claude Sicard
professeur émérite à l'université de Toulouse-le-Mirail
Dernière modification par Flo le 05 mai 2007 04:19, modifié 2 fois.
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar de l’utilisateur
Flo
Administrateur
Messages : 5767
Inscription : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Message par Flo »

un petit parcours de l'histoire du théâtre Le Vieux Colombier :

Le Vieux-Colombier

Image

Les années Copeau

En 1913, Jacques Copeau, qui en 1909 avait fondé la Nouvelle Revue française (NRF) avec le soutien de Gaston Gallimard et de quelques écrivains, dont Jean Schlumberger, cherche une salle pour mettre en forme ses idées sur le théâtre, pour s'inscrire contre la tradition incarnée à ses yeux par la Comédie-Française, et contre le naturalisme incarné vingt ans auparavant par André Antoine. Sur la rive gauche, il découvre l'Athénée Saint-Germain, une salle vieillotte, incommode. Il la transforme de fond en comble, dans le but de "créer une scène indépendante, libre des servitudes commerciales, un théâtre consacré à l'esprit". "Une petite salle, une petite scène pour une grande entreprise" dira plus tard André Suarès, grand ami de Copeau.
Avec Charles Dullin, rencontré en 1911 au Théâtre des Batignolles où il interprétait les Frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski, Copeau recrute les comédiens de sa future troupe. Parmi eux, Louis Jouvet.
Il met en place un nouveau dispositif scénique dégagé des contraintes décoratives, le "tréteau nu". L'expression fait mouche, certains ironisent sur "les Folies Calvin", manière de railler l'ascèse esthétique de Copeau.
Il ouvre son théâtre le 23 octobre 1913 avec une pièce élisabéthaine de Thomas Heywood, Une femme tuée par la douceur. Et, en janvier 1914, il monte l'Échange de Claudel, encore inconnu, mis en scène par Copeau qui se réserve le rôle de Thomas Pollock. En mai, il rencontre le triomphe avec la Nuit des rois de Shakespeare.
La déclaration de guerre interrompt l'activité du théâtre, mais Copeau multiplie les contacts et ouvre une école. En 1917, Georges Clémenceau, président du Conseil, qui a suivi son travail et veut neutraliser la propagande allemande, lui propose une mission culturelle aux Etats-Unis. Copeau part en octobre, accompagné de Charles Dullin et de Louis Jouvet, qui fait office de comédien et régisseur. Ils s'intallent à New York au Garrick Theater, et y donnent 345 représentations jusqu'en avril 1919.

Image

Création de l'Échange, de Paul Claudel, au Vieux-Colombier en 1914.

Le 20 février 1920, création de Saül d'André Gide. Copeau célèbre le centième anniversaire de Dostoïevski avec la reprise des Frères Karamazov, et le tricentenaire de Molière avec le Médecin malgré lui et le Misanthrope.
Il accueille les artistes russes, multiplie les manifestations annexes et intensifie le travail de l'école. Et puis Jouvet s'en va, Copeau en est très affecté. Il arrête son activité à la fin de la saison en 1924.
En novembre 1924, Jean Tedesco, un esthète, succède à Copeau. Il aménage le Vieux-Colombier en cinéma, y fait découvrir "l'avant-garde" : Abel Gance, Griffith, Louis Delluc, Jean Epstein, Marcel L'Herbier, Chaplin...
Juin 1928 : première de la Petite Marchande d'allumettes, de Jean Renoir, qui avait transformé le Vieux-Colombier en studio de cinéma pour y réaliser le film. Mais Tedesco maintient des liens avec le théâtre, et Copeau y poursuit ses conférences.
Décembre 1930 : la Compagnie des Quinze, jeunes comédiens formés par Copeau, présente Noé d'André Obey, avec Pierre Fresnay, transfuge de la Comédie-Française. Autres invités, Pitoëff et sa troupe.
Et puis le bail est cédé, en mai 1935, au comédien René Rocher, ancien pensionnaire de la Comédie-Française. Dans la salle réaménagée par le décorateur André Boll, le nouveau directeur vise un public plus traditionnel.
Pendant la seconde guerre mondiale, les directeurs se succèdent, jouant la carte " petite salle pour initiés ". La grande surprise, c'est le succès de Huis clos de Jean-Paul Sartre, créé en 1944, qui met l'existentialisme à la mode.

Jean Vilar et sa Compagnie des Sept viennent en avril 1944 représenter Dom Juan en séance privée. Et puis, c'est Meurtre dans la cathédrale, de T.S. Eliot, qui se joue 230 fois de suite et lance Jean Vilar. Le Vieux-Colombier accueille également le Grenier de Toulouse, affiche le dadaïste Tristan Tzara, Georg Büchner, Tennessee Williams, Alphonse Allais, Jean Giono, Henri Troyat, Maurice Druon... Le 13 janvier 1947, devant une salle bondée d'intellectuels et d'artistes, Antonin Artaud, en rupture d'hôpital, donne une conférence, qui fait grand bruit et demeure inoubliable à travers la pièce l'Histoire vécue d'Artaud-Momo qui s'en inspirera.

Image

Une histoire mouvementée

Jean Vilar a fondé le Festival d'Avignon, y a créé la Terrasse de midi de Maurice Clavel, qu'il reprend au Vieux-Colombier en janvier 1948. Se succèdent plusieurs spectacles marquants : Lucienne et le boucher de Marcel Aymé, la Tour Eiffel qui tue de Guillaume Hanoteau - un beau scandale.
C'est le temps des caves. Le Vieux-Colombier aménage la sienne, y accueille le jazz New Orleans, Claude Luter, Sidney Bechet ; Boris Vian vient y jouer de la trompette. C'est aussi le temps où comique et gravité, auteurs français et étrangers se mêlent sans arrière-pensées. Roger Planchon fait scandale avec sa mise en scène de Paolo Paoli d'Arthur Adamov. En septembre 1958, Jean le Poulain met en scène et fait triompher la Hoberaute de Jacques Audiberti.
Bernard Jenny prend la direction du Vieux-Colombier en septembre 1960, et demande à René Allio d'aménager le dispositif scénique. Le Théâtre des Nations y fait découvrir le Living Theatre qui donne Dans la jungle des villes de Bertolt Brecht, et le Volkstheater de Vienne le Balcon de Jean Genet. Léo Ferré, Catherine Sauvage, Guy Béart viennent y chanter. La trilogie de Claudel l'Otage, le Pain dur, le Père humilié est mise en scène sur trois ans par le directeur.
Pendant un an, d'octobre 1968 à novembre 1969, Laurent Terzieff s'installe, monte Murray Shisgal (les Chinois, Fragments) James Saunders (les Voisins, le Triangle) Andreieff (la Valse des chiens).
Le théâtre étant menacé de fermeture, Marthe Mercadier entreprend de le sauver, multiplie et diversifie les activités, reçoit Ellen Stewart et la Mama de New York... En vain. Le bail n'est pas renouvelé, et le Vieux-Colombier ferme en septembre 1973. On parle de le démolir, les comédiens manifestent.
La salle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, puis rachetée par l'Etat en 1986. Elle sera attribuée à la Comédie-Française en 1989.
Au long de son histoire mouvementée, nombre d'acteurs et de metteurs en scène ont relié le Vieux-Colombier à la salle Richelieu, à commencer par Jacques Copeau, Administrateur général de la Comédie-Française de 1940 à 1941. Signe du destin : aux cours des années 1661-1665, Molière, Racine, Chapelle se retrouvaient chez Boileau, rue du Colombier, et y lisaient leurs œuvres.
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Répondre