sans droit, sans papiers, avec déportation

tout ce qui touche la politique, l'écologie, les réflexions sur notre monde...

Modérateur : Flo

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 10 nov. 2013 18:05

Venez rejoindre le cercle de silence

MARDI 12 NOVEMBRE À 18H
AU COIN DE LA RUE DU PORT-VILLIERS
ET DE PLACE DE L'HOTEL DE VILLE
CHALON

pour refuser l'inacceptable et la dignité humaine bafouée :

- des réfugiés traqués, menacés d'expulsion par des assignations à résidence, des Obligations de Quitter le Territoire, vers des régions où leur vie est en grand danger, tels le Kosovo, l'Arménie, le Congo, la Tchétchénie...
- des étrangers malades menacés d'expulsion,
- des demandeurs d'asile à la rue,
OUI, ensemble, indignés
POUR une politique migratoire et du Droit d'Asile respectueuse et digne, d'accueil et de solidarité.

__________
Image

L'Eglise Protestante de France en association avec la Cimade
Dans le cadre du Festival MIGRANT’SCENE

SOIREE CINEMA

Projection du film « ILLEGAL »
du réalisateur Olivier MASSET-DEPASSE
Prix de la Quinzaine des réalisateurs 2010

Film suivi d’un débat animé par : Alain Le Goanvic, Président de l’association Pro-fil, Membre du Jury Œcuménique au Festival de Cannes

projection le jeudi 28 novembre, 21h


Cinéma Le Morvan
8 Rue de la Verrerie 71200 Le Creusot
Prix d’entrée : 5 euros
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 24 déc. 2013 15:42

Soirée Théâtrale en soutien à RESF
Le Mardi 14 janvier 2014 20h00
Théâtre PICCOLO Chalon sur Saône



« L’Orchestre » de Jean Anouilh (1 heure)
Dans la 'Brasserie du Globe et du Portugal", 6 femmes d'un orchestre d’une ville d’eau où l’on soigne la constipation s'entredéchirent à coeur joie sous l'oeil du pianiste, seul mâle du groupe! Tour à tour, les amours, les frustrations et les fantasmes de chacun se révèlent catastrophiques. Mais qu’importe, «show must go on»! De l’humour noir décapant dans une comédie grinçante !
« Dormez, je le veux » de Feydeau (1 heure)
Justin a le pouvoir d'hypnotiser son maître, Boriquet, qui lui obéit alors au doigt et à l'oeil! Mais Boriquet annonce qu'il va se marier avec Emilienne, la fille du célèbre Professeur Valencourt, expert en magnétisme. Pour Justin, comment se débarrasser de cette fiancée très gênante?
Une pièce à 100 à l’heure dotée de cette fameuse "mécanique impeccable' du maître du vaudeville.

« Les Pourquoi Pas Nous » est un atelier théâtre amateur de la ville de Saint Marcel
Mise en scène : Vincent DUFIEUX
Création et Régie lumière : Cyrille MONNIER



Soirée au profit de RESF
Le Réseau Education Sans Frontières de Chalon-sur-Saône attribuera les bénéfices de cette soirée à l’ aide de familles sans papiers dont les enfants sont scolarisés dans la région chalonnaise, dans leur lutte pour pouvoir vivre dans la légalité.
Les actions en justice coûtent cher, nous avons besoin de votre soutien!
Plus de renseignements: www.resf71.com


Image
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 23 janv. 2014 07:58

SOLIDARITÉ AVEC LA FAMILLE D… DE MONTCEAU-Les-MINES,
ASSIGNÉE EN RÉFÉRÉ PAR L’ASSOCIATION « LE PONT »
SUR ORDRE DE LA PRÉFECTURE EN VUE DE SON EXPULSION RAPIDE DE SON LOGEMENT !

Les familles de déboutés du droit d'asile actuellement attaquées par la Préfecture, par associations de gestion des Centres d’Accueil des Demandeurs d'Asile (CADA) interposées, n’entrent pas dans les conditions ultra-restrictives de la circulaire Valls de 2012 pour être régularisées, travailler et se loger de façon autonome (A la famille D…, notons-le, il ne manquera plus que 5 jours le 28 pour satisfaire au critère central de 5 ans de présence en France pour pouvoir demander sa régularisation !…)

Elles ne peuvent pas non plus retourner dans leurs pays, dont elles ont fui les mafias et les persécutions.

Résultat : elles seront bientôt à la rue, et peu importe qu’il y ait des enfants ou des malades ! L’étape suivante, c’est l’expulsion hors de France !

FACE À CE NOUVEL EXEMPLE D’UNE POLITIQUE DE REJET ET D’EXPULSION DES ÉTRANGERS,
SOYONS SOLIDAIRES DES FAMILLES VISÉES, SOYONS PRÉSENTS AUTANT QUE POSSIBLE

MARDI 28 JANVIER À 10H AU PALAIS DE JUSTICE DE CHALON
(ENTRÉE RUE D’AUTUN)
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 02 févr. 2014 08:25

FAMILLES DÉBOUTÉES DU DROIT D'ASILE ASSIGNÉES EN RÉFÉRÉ DEVANT LA JUSTICE : DES NOUVELLES

Nous avons déjà dénoncé la brutalité avec laquelle le Ministre de l’intérieur entreprend actuellement de régler le « problème » de l’engorgement des Centres d’Accueil pour Demandeurs d'Asile (CADA).
Le Tribunal Administratif de Dijon a rendu il y a peu sa décision, pour l’une des deux familles de Chalon visées par des référés. Sur des motivations juridiques tout à fait contestables, il vient de statuer dans le sens de l’association gestionnaire du Centre. Ainsi, la famille A – quatre enfants scolarisés dont trois mineurs, et la maman malade, va devoir quitter son logement sous quinzaine, sans solution de relogement … La décision ne saurait tarder à arriver pour la famille P : où iront vivre la petite Angelina, polyhandicapée, et son petit frère Alen ?
Ce n’est pas tout. Une seconde audience s’est tenue mardi 28 janvier le matin devant le TGI de Chalon Sur Saône. L’association « Le Pont » avait en effet choisi cette instance là pour attaquer une famille arménienne de Montceau-Les-Mines. A l’appel de RESF 71, une vingtaine de personnes sont venues témoigner leur solidarité à cette famille. Le JSL s’est fait l’écho de cette audience, ainsi que FR3 Bourgogne. Sur demande de l’avocat de la famille, l’audience a été reportée à huitaine.

HALTE AUX EXPULSIONS SANS RELOGEMENT STABLE !
RÉGULARISATION DES FAMILLES EXPULSÉES !
NOUS APPELONS À NOUVEAU
TOUTES CELLES ET TOUS CEUX
QUI ENTENDENT MANIFESTER LEUR SOLIDARITÉ
À L’ÉGARD DES FAMILLES D’EXILÉS
AINSI MENACÉES D’ÊTRE MISES À LA RUE,
À SE RETROUVER
LE MARDI 4 FÉVRIER À 10H
À L’ENTRÉE DU PALAIS DE JUSTICE DE CHALON SUR SAÔNE, RUE D’AUTUN

Nous rappelons aussi :

- Que nous ferons signer la pétition contre l’expulsion des déboutés du droit d'asile, pour leur relogement et leur régularisation

SAMEDI 1ER FÉVRIER ENTRE 15H ET 16H À L’ENTRÉE DE LA GRANDE RUE

- Que la pétition est disponible en ligne à l’adresse :

http://resf.info/P2655

RESF 71 Chalon
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 06 févr. 2014 08:16

Familles de déboutés du droit d'asile expulsées de leurs logements en centres d’accueil :
Où en sommes-nous ?


On se souvient que le jugement du référé visant la famille Djangoyan de Montceau-Les-Mines devant le TGI de Chalon Sur Saône avait été reportée à huitaine lors de l’audience de mardi dernier 28 janvier. La famille s’est donc représentée hier au tribunal de Chalon, accompagnée d’une quinzaine de personnes venues les soutenir.

Il se trouve que cette famille a été assignée également par l’Association « Le Pont » en référé devant le Tribunal Administratif de Dijon. L’audience a déjà eu lieu, et la décision ne devrait pas tarder à tomber. Connaissant déjà le résultat pour les deux familles de Chalon ainsi que pour une autre famille de Montceau assignées devant cette instance, nous sommes sans illusions. Et c’est également fort de cette même certitude que l’avocat du Pont a demandé hier un nouveau renvoi à quinzaine, soit pour le 18 février. Le juge de Chalon n’aura rien à faire.

Il est impensable de laisser se multiplier ces expulsions, de laisser mettre dehors des familles d’une façon aussi indigne, par voie de justice, sans même respecter le droit commun de la trêve hivernale. Nous nous devons déjà d’exiger, au nom du droit au logement, des droits de l’enfant, comme au nom du droit d’asile entendu comme droit humain, que toutes ces familles soient logées, de façon stable et décente. Et nous nous devons aussi d’exiger pour elles une régularisation qui leur permettre de vivre dignement, car elles ne peuvent retourner dans les pays dont elles ont fui les persécuteurs et les mafias, même quand par complaisance notre gouvernement les déclare « pays sûrs ».
Nous vous rappelons donc la pétition mise en ligne pour les droits de ces familles :

http://resf.info/P2655

Mais nous vous proposons aussi d’écrire personnellement au Préfet de Saône-et-Loire et à toute son équipe, par voie postale, par courriel, par fax, ce qui vous convient. Nous vous proposons ci-dessous un texte modèle, mais vous pouvez aussi bien écrire votre propre lettre, avec vos mots à vous. Ce qui compte est de rester courtois et digne, de faire comprendre que nous n’acceptons pas cette nouvelle action indigne de la part du pouvoir en place.

Réseau Education Sans Frontières / Chalon Sur Saône

_________
Monsieur le Préfet

InforméE de la situation actuelle de plusieurs familles d’exilés déboutées du droit d'asile, sommées de quitter leur logement en CADA ou en voie de l’être, je tiens à vous faire part ici de ma plus vive préoccupation.

Je comprends parfaitement que ces familles doivent quitter ces logements qui sont en principe réservés aux demandeurs d'asile en cours de procédure. Mais les déboutés du droit d'asile forment maintenant une population qui pose un problème spécifique face auquel notre gouvernement, que vous représentez, ne doit pas procéder par voie de déni. Que la Cour Nationale du Droit d'Asile ne leur ait pas reconnu le statut de réfugié ou la protection subsidiaire ne signifie pas qu’elles ne courent aucun danger en cas de retour au pays. Dans le doute, la position humaine qui convient est de ne pas les renvoyer. Par ailleurs, ces gens rencontrent de grandes difficultés à être régularisés.

C’est pourquoi, Monsieur le Préfet, au nom même du droit d'asile - même si au terme de leur procédure ces exilés n’ont pas obtenu de statut - je sollicite de votre part :

- Déjà que ces familles, souvent avec enfants et malades, soient relogées au plus vite dans des conditions de stabilité, hors des structures qu’elles ont dû quitter ;
- Et qu’ensuite vous accordiez la plus grande attention aux demandes de régularisation qui sont déposées par elles auprès de vos services.
Fidèle aux valeurs d’accueil et de solidarité qui ont fait l’honneur de notre pays, je fais donc appel à votre compréhension, Monsieur le Préfet, et je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments respectueux.

<Signature, adresse, qualités>

_____

Fax de la Préfecture de Saône-et-Loire : 03 85 39 17 16
Adresse Postale de la Préfecture de Saône-et-Loire : 196 Rue de Strasbourg – 71021 – Mâcon Cedex 9.
Adresses de Courriels :
Monsieur Fabien Sudry, Préfet de Saône-et-Loire :fabien.sudry @saone-et-loire.gouv.fr
Madame Catherine Séguin, Secrétaire Générale de la Préfecture de Saône-et-Loire : catherine.seguin @saone-et-loire.gouv.fr
Monsieur Xavier Czerwinski, Directeur du Cabinet de Monsieur le Préfet de Saône-et-Loire :xavier.czerwinski @saone-et-loire.gouv.fr
Madame Murielle Clatot, Directrice des Libertés Publiques et de l'Environnement : murielle.clatot @saone-et-loire.gouv.fr
Madame Isabelle Régnier, responsable du Service Etrangers : isabelle.regnier @saone-et-loire.gouv.fr
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 12 févr. 2014 11:32

Les familles déboutées du droit d'asile expulsées par la Préfecture de leurs logements en Centres d’Accueil, par voie de justice et sans solution de remplacement, doivent être relogées et régularisées !
Français et étrangers ont droit à un toit !
Leurs enfants ont droit à la sécurité, à la santé, à l’instruction !

Rejoignez le
Cercle de silence
mardi 11 février 2014 à 18h

Entrée Grande Rue, place de Beaune

_______
A l'appel du Réseau Education Sans Frontières,
Flash mob' bal folk
en solidarité avec les sans-papiers

Samedi 15 février de 19h à 19h20

Place de l'Hôtel de ville
à Chalon-sur-Saône

Avec Bal à trois
http://www.facebook.com/bal.a.trois
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 23 mars 2014 22:01

A SIGNER ET À FAIRE CIRCULER SANS MODÉRATION !

Solidarité avec Maka et Sergo, lycéens de Chalon menacés d’expulsion !

Maka est Géorgienne , elle a 20 ans, son frère Sergo sera majeur en juin. En Géorgie, à partir de 2011, pour des raisons politiques, toute leur famille a subi des persécutions, puis des menaces de mort. Depuis 2012, ils sont réfugiés en France. Leur demande d’asile a été refusée … Pour le gouvernement français, la Géorgie, comme l'Ukraine , c’est un « PAYS SÛR » !!!
Elèves en CAP1 au lycée Camille Du Gast à Chalon/S., Maka, déléguée de sa classe, est appréciée par tous ses professeurs et ses camarades, tout comme son frère Sergo. Elle a demandé une carte de séjour étudiant, et la réponse de la préfecture a été l'envoi d'une OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français), dans la ligne de la politique française de rejet des étrangers, actuellement de plus en plus dure.
Non seulement l’estime des profs et des camarades de Maka et Sergo est méprisée, mais les menaces qui pèsent sur leurs vies et celles de leur famille sont délibérément ignorées.
C'est inhumain, contraire aux droits humains, au droit d’asile, au droit à l’éducation ! C'est inacceptable !

ENSEMBLE, SOUTENONS M. ET S. ET LEUR FAMILLE, POUR QU’ILS VIVENT EN FRANCE,
POUR QU'ELLE ET SON FRÊRE PUISSENT CONTINUER LEURS ÉTUDES DANS NOTRE PAYS.
SIGNEZ LA PÉTITION DES LYCEENS DE CAMILLE DU GAST
POUR SUSPENDRE L’EXPULSION DE MAKA, SERGO ET DE LEUR FAMILLE
ET POUR LEUR RÉGULARISATION

Nous joignons au présent mail l'adresse à laquelle vous pourrez trouver et signer cette pétition
sur le site national de RESF
http://resf.info/P2678
RESF Chalon
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 31 mai 2014 19:07

PARRAINAGE RÉPUBLICAIN
Jeudi 5 Juin à 19h

Salle des Fêtes des Charreaux - 18 Rue Fourier 71100 Chalon

Solidarité avec Maka et Sergo, lycéens de Camille Du Gast
toujours menacés d’expulsion ainsi que leur famille !

SOYONS PRÉSENTS À LEURS CÔTÉS
Jeudi 5 juin, quatre lycéens de Camille du Gast, mais aussi Jeannine Dorier, bénévole, Evelyne Perraud, Professeur, le Père Romain Roux, Recteur de la paroisse orthodoxe de Chalon, Nathalie Vermorel, Conseillère Régionale Parti Communiste Français, s’engageront solennellement à parrainer Maka et Sergo, lycéens géorgiens menacés d’expulsion ainsi que leurs parents, pour la régularisation desquels plus de 2.000 signatures ont déjà été récoltées, et une belle manif s’est tenue en ville
Ce n’est pas fini : tant que la menace d’expulsion subsiste, nous restons tous mobilisés. C’est pourquoi vous êtes invitéE, vous aussi, à être de ce parrainage le 5 juin, par lequel nous affirmerons une fois de plus, à côté des parrains et marraines de Maka et Sergo, notre volonté d’agir pour que nos amis restent ici avec leur famille.

Ce sera aussi une petite fête, une belle occasion de se retrouver ensemble autour d’eux.
Si vous le pouvez, amenez un petit quelque chose à partager : un gâteau, des fruits, une chanson, ...

ENSEMBLE NOUS FAISONS EN SORTE
QUE MAKA, SERGO ET LEUR FAMILLE, RESTENT ICI AVEC NOUS !

Réseau Education Sans Frontières – Chalon Sur Saône
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 11 juin 2014 12:46

APPEL NATIONAL POUR QUE CESSE LA CRIMINALISATION DES MINEURS ISOLES ETRANGERS
Alkasim, 17 ans et Narek 16 ans, en prison pour avoir fui leur pays (et d'autres encore...): la France indigne.


La cour d’appel de Lyon vient de libérer Narek ! Elle s’est déclarée incompétente pour juger de son âge et donc le libère puisque son acte de naissance le déclare mineur au moment de sa prise en charge par l’ASE !

Ils sont en prison, Alkasim, 17 ans ½, Narek, 16 ans.
Le conseil général du Rhône et l’Aide sociale à l'enfance (ASE) les ont fait condamner et emprisonner pour "escroquerie", les prétendants majeurs sur la base de tests d’âge osseux sans valeur scientifique. Convoqués au commissariat, ils ont été conduits à l'hôpital sous escorte policière, ont subi ces tests, ils ont été placés en garde à vue, jugés en comparution immédiate, condamnés et emprisonnés sur le champ.

Alkasim, élève d'un lycée de Décines (69) a été condamné à quatre mois ferme, à rembourser plus de 260.000 € de prise en charge par l'ASE et à cinq ans d'interdiction du territoire. Narek, du lycée E. Labé à Oullins a pris deux mois ferme.

Originaires d'un pays où l'on ne va pas en vacances
À Orléans, les mineurs isolés étrangers sont à la rue, proscrits : un arrêté du conseil général du Loiret du 10 avril 2014 subordonne notamment l’accueil de mineurs isolés étrangers à deux conditions : qu’il existe une place disponible dans le dispositif d’accueil, d’autre part que soit présenté un certificat médical attestant que le jeune n’est pas infecté par le virus Ebola.

Ces mineurs isolés étrangers (MIE), comme on les désigne, ont été un jour envoyés au loin, tenter leur chance dans notre monde. Ils viennent de pays troublés où on ne va pas en vacances, du Congo, d’Arménie, de Géorgie, ou d’ailleurs. Ils ont - forcément- des parents, qui les ont confiés à des passeurs pour les protéger ou leur assurer une vie meilleure, les ont peut-être abandonnés ou sont peut-être morts. Certains ont cheminé deux ans, parfois plus.

Les plus forts, les plus malins, les plus chanceux sont arrivés ici. En Zodiac par Lampedusa ou Gibraltar ou des journées dans le coffre d’un camion. Débarqués à Roissy, déposés Gare du Nord à Paris, ou à Vintimille, avec un acte de naissance et dans le meilleur des cas, une adresse.

Ce sont des enfants, même si leur histoire et le voyage les ont rendus plus mûrs, trop mûrs, parfois, avant l’âge.

L’âge d’aller à l’école, d’étudier, d’apprendre, de faire des projets et d'avoir des rêves. Ceux qui parviennent à être scolarisés étudient, pourtant certains dorment dans la rue.

Ces ados deviennent des étrangers
Ce pays, héritier d'une certaine tradition égalitaire, a fait de l’éducation un droit inaliénable.

Il a introduit et mis en œuvre le devoir de prise en charge de tout mineur, fille ou garçon, noir ou blanc, français ou étranger. Une mission confiée aux conseils généraux et à l’Aide Sociale à l'Enfance. Qui aujourd’hui, pour certains d’entre eux, estiment la charge trop élevée et décrètent la préférence nationale : avant d'être des enfants, ces adolescents deviennent des étrangers à ne pas prendre en charge.

Jeunes éconduits après un entretien sommaire, exigence de documents impossibles à obtenir, remise en cause systématique de leurs documents d'identité officiels, examens médicaux humiliants, tests d'âge osseux sans valeur, certaines ASE, sur ordre, déploient des stratégies pernicieuses pour en éliminer le maximum.

Ceux que vous avez peut-être sans le savoir croisés alors qu’ils s’abritaient pour la nuit sous des cartons ou un pas de porte.

Tous les mineurs doivent être pris en charge
On en est là, aujourd'hui, en France. Indignons-nous ! Non. Cela ne suffit plus ! Ces faits inadmissibles, s’ils concernent d'abord les mineurs isolés traités de façon indigne, concernent en réalité toute la société. Ils sont commis en notre nom.

Nous demandons que cela cesse.
L’histoire de ce pays est celle de l’immigration au long des siècles. Un pays où des enfants, des hommes, des femmes, venus de tous les continents, ont un jour posé leurs bagages et apporté leur intelligence, leur créativité, leurs forces. Nous nous enorgueillissons, avec raison, des Chagall, Marie Curie, Flora Tristan, et de tant d’autres.

N’acceptons plus de rayer les Mineurs Etrangers Isolés (MIE) de cette histoire. Les mineurs, tous les mineurs, étrangers comme français, doivent être pris en charge par la société. Si un doute existe sur leur âge, il doit leur profiter. Ils doivent être considérés comme mineurs jusqu'à preuve avérée du contraire. Sans valeur scientifique, les tests d'âge osseux doivent être abandonnés.

À leur majorité, les mineurs isolés pris en charge par l'ASE doivent recevoir un titre de séjour "Vie privée et familiale" qui leur permette d'achever leurs études puis de bâtir leur existence dans un pays qui, de toute façon, sera tôt ou tard le leur, de droit, comme il l'est déjà de fait.


Pour signer l'appel : http://www.educationsansfrontieres.org/ ... ticle50570
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Avatar du membre
Flo
Administrateur
Messages : 5383
Enregistré le : 06 juil. 2006 23:07
Localisation : GPS
Contact :

Re: sans droit, sans papiers, avec déportation

Message par Flo » 11 juin 2014 13:26

Youssef et Sophia ont besoin de votre soutien !

Youssef* et Sophia* sont sur le point de devenir jeunes parents. Dans quelques jours, Sophia va donner naissance à leur premier enfant.

Mais Youssef risque de ne pas être là pour l’arrivée du bébé. En effet, il vient de recevoir un refus de visa conjoint de français de la part du consulat de France à Oran alors que leur mariage vient d'être transcrit sur les registres d'état civil français!

Le couple est marié depuis plus d’un an et a vécu en Algérie pendant plusieurs mois. Ils attendaient encore la transcription de leur mariage sur les registres de l’état civil français quand ils ont appris l’heureux événement à venir.

Malheureusement, tout ne s'est pas déroulé pas comme prévu et Sophia a été contrainte de se rapatrier d’urgence en France pour être hospitalisée dans un service spécialisé suite à de graves complications dès son sixième mois de grossesse.

Youssef dépose alors une demande de visa conjoint de français le 7 avril pour rejoindre son épouse, alors que celle-ci s’installe chez sa sœur dans le sud de la France pour mener à terme sa grossesse dans les meilleures conditions en attendant l’arrivée de son époux.

Pourtant le 20 mai, le consulat l’informe qu’il se voit l’obligation de lui refuser le visa au motif qu’il n’apporte pas la preuve que sa conjointe réside en France et qu’elle n’est pas sur le point de s’y établir. Il invite le couple à redéposer une demande de visa lorsqu’ils auront un domicile commun en France !!

Mais comment rechercher un appartement quand Sophia n’a que des possibilités de déplacements très limités et que Youssef est retenu en Algérie faute de visa ?

Le couple a tout fait dans les règles et demande simplement à pouvoir être réunis à temps pour la naissance de leur enfant. Youssef souhaite être présent aux côtés de son épouse, participer à l’éducation de son enfant dès les premiers jours de sa vie et contribuer à l’installation de sa famille.

Youssef et Sophia viennent d’envoyer un recours à la commission de recours contre les refus de visa et s’apprêtent à saisir la justice.

En l’espace de quelques jours, ils réalisent contre toute attente que les autorités françaises ont voix au chapitre dans le destin de leur vie familiale.


Nous, signataires de la pétition, nous nous associons aux Amoureux au ban public pour réclamer la délivrance du visa conjoint de français à Youssef et dénoncer les pratiques des administrations consulaires qui ont des incidences graves sur la vie privée et familiale des couples franco-étrangers et les oblige à avoir recours à la justice pour faire valoir leurs droits.



Rappel : Selon l’article 211-2-1 du Code de l’Entrée et du Séjour des Etrangers et du Droit d’Asile, le refus de visa long séjour conjoint de français ne peut être motivé que par l’un des trois motifs suivants : annulation du mariage, fraude ou menace à l’ordre publique.


Pour soutenir Sophia et Youssef, signez la pétition en cliquant ici!


* Les prénoms ont été modifiés.
Image
"La meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe." J. Prévert
annex99 peintures du Flo aux arts! etc

Répondre